Toxicologie de l'environnement bâti

Pollution de l'habitat

Substances dangereuses

Toxicologie Industrielle

Opération Pinceau Vert

Travaux sans danger

Toxicologie de l'environnement bâti

Amiante, PCB et plomb dans la construction : « Pour des travaux sans danger, l'information circule ! » (publié le 29.10.2013)

L'amiante, les PCB (polychlorobiphényles) et le plomb, substances dangereuses héritées du passé, sont toujours présentes dans le parc immobilier genevois. Dans la majorité des cas, leur présence ne constitue pas un risque pour les occupants des lieux. Ces substances posent avant tout problème dès que l'on effectue des travaux sur des parties de bâtiment qui en contiennent, libérant ainsi des particules invisibles à l'œil nu et nocives pour la santé et l'environnement. Diminuer les risques d'expositions lors de travaux de rénovation, c'est tout le sens de la campagne d'information et de sensibilisation qui a été présentée ce jour, par Madame Michèle Künzler, conseillère d'Etat chargée du département de l'intérieur, de la mobilité et de l'environnement, aux côtés de Monsieur Thierry Bagnoud, président de la Fondation Gelbert.

Des outils spécifiques et ciblés Pour des travaux sans danger

Une campagne d'information et de sensibilisation se déploie dans tout le canton auprès des différents milieux concernés par la problématique des substances dangereuses (amiante, PCB, plomb) dans l'environnement bâti. Mise en œuvre par l'Etat de Genève et avec le soutien financier de la Fondation Gelbert, elle a pris forme après une large consultation auprès des différents acteurs du bâtiment et à l'appui d'une enquête menée en 2012. Ainsi, le dispositif d'information prévu pour ces trois prochaines années, s'adresse de manière spécifique et ciblée aux corps de métiers du bâtiment, aux propriétaires immobiliers et à leurs mandataires. Le grand public est aussi concerné car il est à l'origine parfois de petits travaux d'entretien et de rénovation.

L'information Pour des travaux sans danger circule dès novembre 2013 via notamment :

  • une brochure "Ce qu'il faut savoir pour rénover dans les règles",
  • un site Internet www.ge.ch/travaux-sans-danger ,
  • des fiches d'information déclinées par métiers,
  • un module d'information itinérant.
Pratique, concret et interactif, cet outil mobile et modulable propose un espace d'exposition et de présentations thématiques afin d'expliquer, reconnaître les situations à risque et mettre en œuvre les bonnes pratiques de travaux de rénovation. Illustration

Ce module se déplace gratuitement dans tout le canton, à la demande des professionnels du bâtiment et sur réservation ou lors de manifestations pour le grand public.
Information et réservation du module: Info-Service 022 546 76 00.

En quoi l'amiante, les PCB et le plomb posent-ils problème aujourd'hui ?

Le canton de Genève compte plus de 82'000 bâtiments répartis sur son territoire. L'amiante est presque omniprésent, puisque 80% des bâtiments en contiennent sous une forme ou une autre : colles de carrelage, revêtements de sol, calorifugeages, etc. Les PCB quant à eux sont présents dans 70% des bâtiments en béton préfabriqué datant des années 1955 à 1975 alors que près de la moitié des bâtiments datant d’avant 2005 contiennent des peintures au plomb. Dans la majorité des cas, la présence d’amiante, de PCB et de plomb ne constitue pas un risque pour les occupants des lieux.

Ces substances posent avant tout problème dès que l'on effectue des travaux sur des parties de bâtiment qui en contiennent, libérant ainsi des particules invisibles à l'œil nu et nocives pour la santé et l'environnement :

Amiante 

Manipulés sans précautions, les matériaux amiantés dégagent des fibres invisibles à l’œil nu mais dangereuses pour la santé des ouvriers et celle d’autres personnes présentes dans le bâtiment. Les fibres invisibles se déposent dans les poumons et y restent de manière permanente. 5’000 personnes font l’objet d’un suivi médical suite à une exposition professionnelle à l’amiante. L’amiante serait responsable en Suisse d’environ 200 morts par année (chiffres SUVA).

PCB 

Les PCB sont absorbés par inhalation de poussière ou ingestion de nourriture contaminée (par ex. dans la chair de certains poissons) ou par contact direct. Ils se répartissent ensuite dans le corps et peuvent causer des lésions au foie, des troubles du développement et de la fertilité ainsi que des cancers par perturbation du système hormonal.

Plomb 

Poncer sans précautions des peintures contenant du plomb engendre une intoxication que l’organisme met longtemps à éliminer. Des traitements médicaux lourds sont prescrits afin d’accélérer l’élimination du plomb absorbé par l’organisme.

Illustration

Pour des travaux sans danger

Aussi, avant tous travaux de rénovation ou de démolition et pour éviter une contamination durant la phase de chantier, le propriétaire doit vérifier si les parties du bâtiment concernées par les travaux comportent de l’amiante et des PCB. En effet, dans le canton de Genève, la loi (LaLPE) prévoit que tous les chantiers de rénovation ou de démolition concernés par les substances dangereuses fassent l'objet d'un diagnostic préalable. Cette étape permet de planifier les travaux en intégrant dès le départ les coûts et les délais liés à un éventuel assainissement et peut ainsi éviter de mauvaises surprises par la suite.

Illustration
 

Illustration
 

La Fondation Gelbert soutient la campagne Pour des travaux sans danger

La Fondation Gelbert s'associe au département de l'intérieur, de la mobilité et de l'environnement en soutenant la campagne d'information et de sensibilisation Pour des travaux sans danger. "Ce partenariat public-privé dans le domaine de la sensibilisation aux problématiques environnementales est particulièrement novateur" a souligné Madame Michèle Künzler, Conseillère d'Etat chargée du département de l'intérieur, de la mobilité et de l'environnement (DIME) lors de la concrétisation de cet accord avec la Fondation Gelbert.

La Fondation Gelbert, fondation privée ayant son siège à Genève, a été créée en 2008 par Monsieur Georges-Raymond Gelbert afin de concrétiser les vœux communs de son frère aîné Eugène et les siens. Depuis le décès de son fondateur, le 24 décembre 2009, la Fondation œuvre afin de réaliser les buts qui lui ont été assignés dans le cadre de ses statuts.
 www.fondation-gelbert.ch

Pour tout complément d'information :

  • Marcel Kohler - directeur du service de toxicologie de l'environnement bâti (STEB), Etat de Genève, tél. +41 22 388 80 70
  • Michel Luisier – secrétaire, Fondation Gelbert, tél. +41 22 735 90 86