Toxicologie de l'environnement bâti

Pollution de l'habitat

Substances dangereuses

Toxicologie Industrielle

Opération Pinceau Vert

Travaux sans danger

Toxicologie de l'environnement bâti

La Fondation Gelbert s'associe au département de l'intérieur, de la mobilité et de l'environnement "Pour des travaux sans dangers" (publié le 09.09.2013)

La Fondation Gelbert s'associe au département de l'intérieur, de la mobilité et de l'environnement (DIME) en soutenant une campagne d'information et de sensibilisation relative à la gestion de l'amiante, des polychlorobiphényles (PCB) et du plomb dans le cadre de travaux de rénovation et de démolition. "Ce partenariat public-privé dans le domaine de la sensibilisation aux problématiques environnementales est particulièrement novateur" a souligné Madame Michèle Künzler, Conseillère d'Etat chargée du département de l'intérieur, de la mobilité et de l'environnement (DIME) lors de la concrétisation de cet accord avec la Fondation Gelbert.

Une information spécifique et ciblée "Pour des travaux sans danger"

Afin de sensibiliser de manière spécifique et ciblée les différents acteurs en lien avec la problématique des substances dangereuses dans la construction, une campagne d'information mise en œuvre par le DIME, avec le support financier de la Fondation Gelbert, sera déployée dès septembre 2013 dans le canton, pour plusieurs années.

Réalisé après consultation des différents métiers du bâtiment lors d'une enquête menée en 2012,  le dispositif d'information prévu par le DIME s'adresse aux publics concernés par la problématique; qu'il s'agisse des corps de métiers du bâtiment, des propriétaires et de leurs mandataires ou du public genevois, à l'origine parfois de petits travaux d'entretien et de rénovation. Ce dispositif s'articule autour de différentes brochures "Rénover dans les règles", d'un module d'information itinérant, ainsi que d'un site Internet, qui sera en ligne courant septembre 2013.
www.ge.ch/travaux-sans-danger

Illustration Illustration

Un héritage du passé

Le 20ème siècle a connu de nombreuses découvertes et innovations qui ont changé notre manière de vivre et largement contribué à notre bien-être. Qu'il s'agisse des technologies automobiles ou industrielles, chacun de ces domaines a connu d'importantes évolutions. A titre d'exemple, les bâtiments édifiés au cours du 20ème siècle ont vu apparaître l'utilisation de matériaux miracles, aux propriétés constructives très intéressantes. Malheureusement, ces mêmes matériaux ont également introduit de nombreuses substances toxiques dans notre patrimoine bâti. Parmi cet héritage du passé on peut citer l'amiante, les polychlorobiphényles (PCB) et le plomb dans les peintures, interdits en Suisse, mais qui font encore parler d'eux aujourd'hui.

En quoi ces substances posent-elles problème aujourd'hui ?

Le canton de Genève compte plus de 82'000 bâtiments répartis sur son territoire. L'amiante est presque omniprésente dans le parc immobilier genevois, puisque 80% des bâtiments construits avant 1991 en contiennent sous une forme ou une autre : colles de carrelage, revêtements de sol, calorifugeages, etc. Les PCB quant à eux sont présents dans 70% des bâtiments en béton préfabriqué datant des années 1955 à 1975 alors que près de la moitié des bâtiments datant d’avant 2005 contiennent des peintures au plomb.

Dans la majorité des cas, la présence d’amiante, de PCB et de plomb ne constitue pas un risque pour les occupants des lieux. Ces substances posent avant tout problème dès que l'on effectue des travaux sur des parties de bâtiment qui en contiennent, libérant ainsi des particules invisibles à l'œil nu et nocives pour la santé et l'environnement.

Aussi, avant tous travaux de rénovation ou de démolition et pour éviter une contamination durant la phase de chantier, le propriétaire doit vérifier si les parties du bâtiment concernées par les travaux comportent de l’amiante et des PCB. En effet, dans le canton de Genève, la loi d'application de la loi pour la protection de l'environnement (LaLPE) prévoit que tous les chantiers de rénovation ou de démolition concernés par les substances dangereuses fassent l'objet d'un diagnostic préalable. Cette étape permet de planifier les travaux en intégrant dès le départ les coûts et les délais liés à un éventuel assainissement et peut ainsi éviter de mauvaises surprises par la suite.

La fondation Gelbert

La Fondation Gelbert, fondation privée ayant son siège à Genève, a été créée en 2008 par Monsieur Georges-Raymond Gelbert afin de concrétiser les vœux communs de son frère aîné Eugène et les siens.

Depuis le décès de son fondateur, le 24 décembre 2009, la Fondation œuvre afin de réaliser les buts qui lui ont été assignés dans le cadre de ses statuts.

Les domaines d’activités où elle apporte principalement son soutien sont :

  • La protection de l’environnement
  • La protection des animaux
  • Le développement d’énergies nouvelles et non polluantes
  • La recherche universitaire dans le domaine de la vue
 www.fondation-gelbert.ch
 

téléchargez la brochure (Pdf | 2.34 Mo)

 www.ge.ch/travaux-sans-danger

Pour tout complément d'information :
Marcel Kohler - directeur du service de toxicologie de l'environnement bâti (STEB), Etat de Genève, tél. +41 22 388 80 70
Michel Luisier – secrétaire, Fondation Gelbert, tél. +41 22 735 90 86